Époque Gauloise

Monnaie gauloise de FOUZILHON (Hérault)
Drachme « au sanglier », type de FOUZILHON
IIe et Ier siècles av. J.-C.
Diamètre : 15,5 mm
Métal : argent
Poids observé : 2,16 g
Description :
(côté avers/face) Tête vers la gauche, avec chevelure à deux rangées de tresses torsadées au
lieu de boucles ; cou orné d’un seul collier de perles.
(côté revers/pile) Sanglier orienté vers la gauche, avec de longues oreilles et une crinière
hérissée, au-dessus de l’animal un mince croissant de lune.
Histoire de la région pendant cette époque :
Voisins des Arvernes, des Cadurques et des Gabales, leur territoire correspondait à
l’ancien Rouergue (actuellement département de l’Aveyron) au nord du Tarn, dont le cours
constituait la frontière avec la province de Narbonnaise, les Ruthènes, alliés des Arvernes,
avaient participé aux opérations qui aboutirent à la défaite de Bituit, roi des Arvernes en 121
av. J.-C. et à la création de la province de Narbonnaise. A cette occasion, les Ruthènes
s’étaient retrouvés coupés en deux, suivant la frontière naturelle du Tarn. Actifs dans la
coalition contre les Romains en 52 av. J.-C., ils fournirent un contingent de 12.000 hommes à
l’armée de secours.
EPOQUE GALLO-ROMAINE

L’aqueduc romain qui alimentait en eau les habitants de la ville de Béziers, partait de
Sauveplaine commune de Gabian et traversait plusieurs communes. Dans la commune de
Fouzilhon, nous le trouvons enterré le long de la rue de l’aqueduc (longeant le cimetière)
et visible dans la garrigue (près de la station d’épuration et vers Font Jeannette)
mur extérieur
passage sur la Lenne
(pour plus d’informations sur cet aqueduc ,voir le livre de ANDRIEU)- Les villas (nombreuses sur la commune)
– Villa avec tegulae et dolia à La Condamine; à Combe Perdrix; au Moulin à Vent.
– Villa avec tegulae et dolia et traces d’un four à poteries à Pioch Camp.
– Villa avec tegulae et dolia ainsi qu’une meule en basalte et un peson de tisserand à
Pioch Petou.
– Villa avec amphores complètes, qui devait être un dépôt à Combe del Veyre.
– Villa avec débris de tegulae et de dolia, des amphores et une poterie campanienne
(du 1 er siècle av. J.-C.) et une poterie indigène à Cante Perdrix.
– Stèle en terre cuite portant l’inscription gravée « HERMES, VOTVM LIBES
SOLVIT SALSOCRARO ET NIMPIS » à Bellot (à la jonction des 4 communes Gabian,
Magalas, Pouzolles et Fouzilhon). Celle-ci est conservée dans la commune de Nissan.
– Des tombes groupées d’époque paléochrétienne, sans trace de chapelle à La Clède
et à La Serre.
(tegulae = tuile et dolia = jarre)
Histoire de notre village
Une tradition, consignés dans les plus anciens documents de famille à laquelle de
nombreux écrits se rapportent dit, qu’à l’origine, les barons de Fouzilhon et de Laurens,
furent les compagnons des chefs Visigoths, prédécesseurs de Vallia, le fondateur de leur
royaume dans le midi.
Ces barbares revenus d’Espagne en 418, reçurent l’Aquitaine qui sera le premier
royaume barbare à l’intérieur de l’empire romain. Peuple autonome, tout en restant sous
l’autorité de l’Empereur romain Honorius. Ils y joignirent bientôt toute la Septimanie, après
avoir par deux fois, assiégé et réduit Narbonne. Les deux tiers des terres furent enlevées aux
Romains et partagées entre ces balayeurs d’Empire que la Rome Impériale, dans les édits de
ses proconsuls, appelait encore « ses Hôtes ».
Les terres partagées, les titres de propriété se tracèrent à la pointe de l’épée.
En 759, Pépin le bref s’empare de la Septimanie et prend Narbonne après plusieurs
expéditions; à sa mort en 768, son royaume est divisé entre ses 2 fils. Carloman reçoit le
Languedoc, la Provence et la Bourgogne.
En 771, Carloman meurt sans héritier et c’est son frère Charles qui récupère ses
territoires.
En l’an 800 celui-ci fut couronné empereur et devient CHARLEMAGNE.Origines et écritures de FOUZILHON
Fouzilhon est l’héritière de l’ancienne Fundilionem. Le village s’est donc développé à
partir du domaine de Fundilius, un important propriétaire terrien. Le suffixe –onem, bien que
minoritaire, a voisiné en Gaule avec le suffixe –acum pour indiquer les domaines gallo-
romains. La notion de villa ne s’est pas effacée avec la fin de l’Empire Romain. Les grands
domaines ont été abandonnés au moment des grandes invasions mais quelques uns ont été
réoccupés par des Francs et même certains d’entre eux, tels que les connaissaient les romains
ont survécu jusqu’à l’époque carolingienne (8 ème et 9 ème siècles). C’est à partir du 11 ème siècle
que le terme villa désigne un village, une terre cultivée et habitée. Il a donné le mot vilain de
l’époque féodale, de villanus (celui qui cultivait la terre du domaine).
En 1028 : on parle de Scifedrus de Fozilione
En 1127 : du Castrum de Fonzillone
En 1179 : du Castrum de Fonzhilone
En 1203 : le village est mentionné sous le nom de Fozilono dans le «Livre Noir»
En 1210 : il devient Fozilhon
En 1343 : Fodoliono (retrouvé dans un écrit)
En 1421 : Fosillon
En 1581 : Fousillons, pourquoi le pluriel ???? (c’est aux environs de cette période que
le château de Fouzilhon est détruit)
En 1629 : Fouzilliou et en 1649 : Fouzillou (consonances occitanes)
En 1688 : Fousillon
En 1724 : Fouzillon
Et depuis 1760, nous avons Fouzilhon.
(D’après les recherches de Jean Marie CASSAGNE et Mariola KORSAK ainsi que d’Albert et Paul FABRE.)